Les trois royaumes : Zhuge Liang invoque le vent

Publié le par dibo

Suite de : les trois royaumes : Cao Cao enchaine ses navires

Peu de temps après, Zhou Yu tomba malade. Zhuge Liang vint le visiter, il lui dit en souriant : "Je sais ce qui vous empoisonne, et je sais aussi comment vous guérir." Il écrivit sur une feuille de papier : "Nous avons maintenant tout ce qu'il nous faut pour briser Cao Cao, tout sauf le vent." Et il lui tendit le papier.
- Je présume que ceci est la cause de votre maladie.
- Et quel remède conseillez-vous ?
- Il se trouve que je suis capable d'invoquer le vent. J'ai besoin d'un autel sur le mont Nanping. Je ferai souffler un vent fort en direction du camp de Cao Cao pendant trois jours et trois nuits.
- Une nuit suffira. Faites vite !
- J'invoquerai le vent un jour avant le solstice d'hiver et il s'éteindra trois jours plus tard.
Un autel fut construit sur le Nanping suivant ses indications, des bannières représentant des étoiles furent fixés aux points cardinaux et à la veille du solstice Zhuge Liang commença ses incantations. Il fit bruler de l'encens, fixa le ciel et commença à prier.
Toute l'armée était prete. Huang Gai avait fait préparer vingt bateaux remplis de salpêtre et de soufre et impregnés d'huile de poisson.
Peu avant minuit le bruit du vent se fit entendre, les drapeaux commencèrent à flotter vers le nord et quelques minutes plus tard un vent violent soufflait en direction du camp de Wei.
Cette nouvelle démonstration ne fit qu'inquiéter un peu plus Zhou Yu, qui ordonna immédiatement à une centaine d'hommes en armes de rejoindre le mont Nanping et de le débarrasser une fois pour toute de Zhuge Liang. Mais celui-ci était déja introuvable.
Zhou Yu fit ensuite éxécuter les deux cousins de Cai Mao, comme ils n'avaient pas chercher à faire venir leurs familles, il avait su dès leur arrivée qu'ils étaient des espions.

Cao Cao était en réunion avec ses officiers lorsqu'on lui signala un vent défavorable. Quelques instants plus tard, il reçut une lettre de Huang Gai : "Jusqu'ici j'ai été trop surveillé pour pouvoir agir. Mais aujourd'hui un convoi de ravitaillement arrive et je suis en charge de l'escorte. Je rejoindrai votre camp vers minuit avec le convoi."
Cao Cao se réjouit de cette nouvelle et s'avança en bateau pour acceuillir Huang Gai. Le convoi ne tarda pas à apparaitre, mais plus il s'approchait, plus le vent soufflait et plus Cao devenait suspicieux. Lorsqu'il comprit enfin que ces bateaux avancaient bien trop vite pour être chargés de ravitaillement, il était trop tard.
Huang Gai fit signe à ses hommes d'incendier leurs bateaux qui s'enflammèrent comme des torches. Quelques instant plus tard vingt navires enflammés se jetaient contre la flotte de Cao Cao.
Aucun des bateaux de Wei, enchainés sur les conseil de Pang Tong, ne put se dégager. L'immense flotte fut détruite en un instant. Puis les ports, les camps et finalement la tente même de Cao Cao prirent feu. La berge nord fut ravagée par un immense incendie qui décima l'armée de Wei.
En souvenir de ces flammes et de la lueur rougeoillante qu'elles jetèrent sur les falaises, on les baptisa "falaises rouges" et donnèrent leur nom à la bataille.

chinoiseries - La romance des trois royaumes, Luo Guanzhong : La bataille de la falaise rouge


Cao Cao parvint miraculeusement à échapper au brasier en compagnie d'une poignée de gardes. Ils furent harcelés par les troupes de Wu et Shu placés en embuscade par Zhuge Liang.
Ils avait déjà survécut à deux ambuches lorsqu'ils parvinrent au croisement d'une grande route et d'un chemin de montagne. Il ne restait plus à Cao Cao qu'une centaine d'homme dont la grande majorité étaient blessés. Cao Cao demanda quel était le meilleur chemin pour rejoindre la place forte de Xuchang.
- La route principale est bonne mais plus longue, le chemin est plus rapide mais il est étroit et favorable à une embuscade.
La route principale semblait libre, alors que l'on apercevait le long du chemin la fumée de feux de camp.
- Nous prendrons le chemin, décida Cao Cao.
- Mais on voit de la fumée, il doit y avoir là-bas des hommes en ambuche.
- Non, dans la guerre, il ne faut jamais croire les apparences. Zhuge Liang a fait allumer des feux pour que nous choisissions la grande route. Cette fois nous ne tomberons pas dans son piège.
Le chemin de montagne était mauvais et boueux, les derniers chevaux s'y brisèrent les pattes et les hommes jetèrent leurs armures pour avancer. Mais après ce passage difficile, le chemin s'élargit et devint plus praticable.
Cao Cao s'arreta et ricana : "Si Zhuge Liang était aussi intelligent qu'on le dit, c'est ici qu'il aurait placé une embuscade." Il n'eut pas le temps d'achever que 500 soldats apparaissaient de chaque coté du chemin commandés par Guan Yu.
Guan Yu avait été autrefois fait prisonnier par Cao Cao qui, dans l'espoir de le gagner à sa cause, l'avait traité avec une bienveillance et une générosité hors du commun. Cao Cao s'avança et le salua :
- Comment allez-vous, général, depuis notre dernière rencontre ?
- Monsieur le premier ministre, je suis ici avec ordre de vous capturer.
- Mon armée est défaite. Je suis désespéré. Ayez pitié au nom de notre vieille amitié.
- Mais je dois me conformer à mes ordres.
- Vous vous rappelez sans doute avoir tué six de mes généraux sans que je vous en tienne rigueur. Je suis certain que vous vous souvenez comment je vous ai traité. Vous êtes un homme d'honneur.
Guan Yu laissa finalement Cao Cao rejoindre sa capitale. Parti avec 200 000 hommes, il revient avec 28 seulement. Cette bataille établit un équilibre précaire entre les trois royaumes.

Commentaires : Je voudrais revenir d'abord sur le geste de Guan Yu. C'est Zhuge Liang lui-même qui l'a désigné pour diriger l'embuscade en sachant très bien qu'il a une dette envers Cao Cao. On peut supposer qu'il a permis délibérement à Cao Cao de s'échapper afin de ne pas rompre l'équilibre sorti de la bataille et de prolonger l'alliance entre Wu et Shu. Un choix juducieux : Zhuge Liang ne verra pas de son vivant la chute de Shu.
L'épisode de l'invocation du vent est également intéressant. Zhuge Liang est taoiste, selon les superstitions chinoises il peut tout à fait commander aux éléments. Mais nous avons vu dans l'épisodes des flèches qu'il a des connaissances météorologiques. Ne s'agit-il pas simplement d'une mise en scène pour pouvoir échapper à Zhou Yu ?
Aujourd'hui encore Guan Yu et Zhuge Liang sont largement vénérés en Chine.

Publié dans Culture

Commenter cet article

Fathis 09/06/2011 21:46



Zhuge Liang est vraiment un génie.Sans précédent.

Connaissez vous d'autres grands strateges a travers le monde ?

Y'a pas assez de notes sur Sima Yi & Zhou Yu pour comparer.