Quel est le plus grave danger pour le pays ?

Publié le par dibo

vase.jpgVoici un an que M. Sarkozy a été élu. On pourrait tirer bien des bilans de cette première année, mais je ne m'intéresse ici qu'à la stratégie politique. Dans ce domaine, il est, à mon sens, impossible de ne pas mentionner l'entourage du président. Voici ce que disait Guan Zhong sur un sujet semblable il y a près de 3000 ans :

Le duc Huan de Qi demanda à son premier ministre Guan Zhong quel était le plus grave danger pour le pays.
- Le plus grave danger pour le pays, ce sont ceux qui sont comme des rats dans le temple.
- Explique-toi.
- Votre majesté a certainement déjà vu des rats dans le mur d'un temple. le temple est sacré, mais s'il est infesté de rats, il a très peu de chose que l'on puisse faire contre eux. Tenter de les enfumer, c'est riquer de mettre le feu au temple, et tenter de les noyer, c'est l'assurance de détruire les plâtres et les peintures.
S'ils ne sont pas intègres, les proches du souverain sont exactement comme ces rats. Ils utilisent leurs influences pour leur propre bénéfice, ils se laissent corrompre et traitent avec toute sorte de coteries contre de l'intérêt du pays. Ils servent des pays étranger et espionnent leur souverain. Ils favorisent ceux qui les imitent et s'en prennent à ceux qui les dénoncent. Ces hommes devraient être punis mais ils sont écoutés par le souverain, de telle sorte qu'il y a très peu de choses que l'on puisse faire contre eux.

Commenter cet article

dibo 10/05/2008 00:03

Le texte date, bien entendu. Mais il ne faut pas, je pense, prendre le duc comme homme politique mais plutôt comme personnification du pouvoir, ce qui le rend intouchable, et c'est bien le problème !De même, le texte que j'ai choisi ne vise pas tant M. Sarkozy que ceux qui prétendre que le critiquer c'est "dévaloriser la fonction présidentielle"... certes, mais y-a-il d'autres moyens de chasser les rats du temples ?

Sébastien 06/05/2008 09:46

L'Homme politique en lui meme est en cause, mais le système plus particulièrement : le pouvoir reste une fin en soi pour nombre d'humains, et ils s'accoquinent avec des personnes ayant influence afin d'y parvenir, ces derniers profitant de l'accession de leur poulain pour lui demander les retours payants de leur soutien. Le cercle est ainsi fermé, et la Vertu oubliée, puisque la gagne de l'un doit se payer en favorisant ceux qui l'ont porté sur le trône.Pour Sakozy en particulier, à son arrivée au pouvoir, hormis les cadeaux faits aux amis proches (ainsi que ceux faits par ses amis proches comme la semaine sur un yacht, dont on peut s'étonner puisqu'étant le premier fonctionnaire de France, Sarkozy n'aurait jamais dû accepter de tels égards...), on l'a vu nommer des gens de tous bords au gouvernement, certains de ses proches, Devedjian en tête, montrant publiquement leur mécontentement de ne pas être récompensés de leurs "efforts" pour Sarkozy; alors, même si l'acte en lui même reste un acte d'image publique, histoire d'endormir le bétail d'en bas qui a voté pour lui qui se vantait de ne pas faire de favoritisme et "de ne choisir que les meilleurs", Sarkozy garde la responsabilité des gens qui l'entourent, et je reste sceptique sur le texte que vous avez choisi, qui sous entendrait, sous mon regard, une forme de déresponsabilité du chef qui pâtirait de son équipe... mais n'est ce pas lui qui la nomme? cela ne le rend il pas entièrement responsable des (non) actes de son équipe?