Soigner avant qu'il ne soit trop tard.

Publié le par dibo

Bian Que est un médecin chinois fameux de la période Printemps et Automnes. Voici une histoire à son sujet :

Un jour, après avoir examiné le roi, Bian Que lui dit : "Vous avez une petite maladie de peau. Ce n'est pas grave mais faute de traitement elle pourrait empirer."
Après son départ, le roi demanda à ses conseillers : "Quoi de plus naturel pour un médecin que d'aimer inventer des maladies ? Peut-être espère t-il en retirer quelque intérêt."
Quelques jours passèrent avant que Bian Que osculte à nouveau le roi : "Majesté, votre maladie a pénétré dans le corps, elle atteint maintenant les muscles. Il faut vous soigner !" Il ne provoqua que le mauvaise humeur du roi.
Dix jours plus tard, il vit à nouveau le roi, sans même avoir besoin de l'examiner, il le mit en garde : "La maladie touche maintenant vos organes, il est urgent de la traiter !" Mais le roi le chassa.
Il se passa encore quelques jours avant que Bian Que croise à nouveau le roi, mais cette fois il l'évita : dès qu'il le vit il se retourna et s'enfuit en courant. Le roi envoya quelqu'un lui demander des explications et on lui rapporta les propos de Bian Que : "Une maladie de peau se traite avec des compresses, l'acupuncuture permet de soigner les muscles, les organes peuvent encore être secourus au moyen de techniques complexes. Mais lorsque les os sont atteints, le médecin est impuissant."
Peu de temps après, le roi fut pris de malaises. Il fit appeler Bian Que mais celui-ci était introuvable. Il mourut en quelques jours.

La morale de cette histoire c'est qu'il est souvent possible de soigner un mal, à condition de ne pas refuser les diagnostics. Confucius dit : "Un homme honorable n'a pas peur de s'amender."
Cette leçon peut évidemment s'adresser à beaucoup de monde, mais c'est plutôt au gouvernement chinois que je pense tant il est manifeste que son entêtement lui nuit.

Publié dans International

Commenter cet article

dibo 15/04/2008 21:10

En fait, ce n'est pas vraiment au Tibet que je pensais. Dans ce cas, j'ai peur qu'il n'y ait pas de remèdes autres que long et douloureux. C'est plutôt le comportement des officiels chinois, de ces prétendus policiers dont l'Inde dit à son our tout le mal qu'elle en pense, de ces responsables invectivant tout le monde, expulsant les journalistes, bref cette cette façon de se comporter comme en pas conquis.

Sébastien 11/04/2008 12:48

Il est évident que sur un plan moral, la Chine ne se fait pas une bonne publicité en Occident actuellement; mais les "hauts le coeur", pour reprendre une image médicale, de façade de nos gouvernants sont peut etre encore plus scandaleux : je n'ai entendu personne clamer haut et fort le scandale en 2001 lors de l'attribution des JO à Bei Jing, et toutes les mesurettes auxquelles on peut penser aujourd'hui ne valent pas les soixantes années de tortures et destructions vécues par les tibétains; la voie de la compassion OM MANI PADME HOUNG reste indéflectible dans le coeur du Dalaï Lama, qui averti le Monde de la maladie tibétaine depuis si longtemps; alors, est ce vraiment l'Empire du Milieu qui est malade? ou le CIO? ou l'ONU? l'OTAN? dans cette histoire, tous malades, tous coupables; seuls les tibétains (mais aussi les Hans contestatires, les Hui etc...) sont frappés de séquelles...Saibasidian