Le prix Sakharov pour le dissident chinois Hu Jia

Publié le par Thibault

Né en 1973, Hu Jia est devenu militant à l'université. D'abord investi dans la défense de l'environnement, il s'implique à partir de 2000 dans la lutte contre le SIDA et le soutien aux séropositifs. Il est surtout connu pour avoir rendu publique la contamination de villages entiers dans la province du Henan : les habitants avaient donné leur sang contre rémunération et s'étaient retrouvés contaminés par centaines.

Il est arrêté une première fois en 2006, puis placé en résidence surveillée avec son épouse, également militante. Il reste cependant actif grâce à Internet. Il est notamment auditionné par le parlement Européen en novembre 2007 via une webcam. Il est de nouveau arrêté fin 2007, jugé en mars 2008 pour ses publications sur Internet et condamné pour "incitation à la subversion de l'Etat" à 3 ans et demi de prison.
A la veille des Jeux Olympiques de Pékin, il devient le symbole du grand ménage pratiqué par les autorités chinoises en vue de l'évènement et un des dissidents chinois les plus connus à l'étranger. Il est fait citoyen d'honneur de la ville de Paris et semble un moment nobelisable.

Le prix qu'il reçoit aujourd'hui, un prix "pour la liberté de l'esprit", est largement mérité. Ce vingtième prix Sakharov est également dédié, selon les termes du président du Parlement Européen, au "combat quotidien pour la liberté de tous les défenseurs chinois des droits de l'homme".

Commenter cet article

marketing chine 05/06/2009 23:13

Il le merite son prix