Gao Wenjian - Zhou Enlai, l'ombre de Mao

Publié le par Chinoiseries

Chinoiseries - Zhou Enlai, l'ombre de Mao - Gao WenjianDe tous les révolutionnaires chinois, Zhou Enlai est le seul dont on se souvienne positivement sous nos latitudes. En Chine son aura est plus grande encore et ce n'est pas un hasard si la version américaine de cette biographie est sous-titrée "le dernier parfait révolutionnaire".

Donné peu après sa naissance en 1898 à un oncle mourant pour épargner a ce dernier la honte d'avoir à paraître devant ses ancêtres sans descendance, Zhou Enlai n'était-il pas prédestiné à faire sacrifice de sa personne ? Il poursuit de brillantes études en Chine mais échoue au Japon dont il revient en 1919 pour être un animateur du Mouvement du 4 mai contre le Traité de Versailles. Rapidement libéré de prison, il s'installe en France où il délaisse peu a peu ses études pour fonder la branche européenne du Parti Communiste Chinois.

De retour en Chine, il abandonne son premier amour pour un mariage de raison avec une activiste brièvement rencontrée lors du mouvement de 1919. Il travaille alors à donner une armature militaire au PCC. En 1927, il organise le soulèvement de Shanghai qui ouvre la ville aux nationalistes de Tchang Kai-Check, alors alliés des communistes. L'alliance ne dure pas et quelques mois plus tard Zhou échappe de justesse au massacre de Shanghai. Il ne lui reste plus qu'à rejoindre les campagnes où il devient un membres éminent du PCC et participe à l'ascension de Mao Zedong.

Avec la victoire des communistes sur les japonais puis sur les nationalistes, et la création en 1949 de la République Populaire de Chine, Zhou devient ministre des affaires étrangères et premier ministre, poste qu'il occupera sans interruption jusqu'à sa mort en 1976.

L'histoire de jeune république populaire va être mouvementée. En 1958, Mao lance le Grand bond en avant, il s'ensuit une famine qui fait plusieurs dizaines millions de morts. Dans l'ombre Zhou tente de minimiser les souffrances de la population.

Mis en retrait du pouvoir après cette catastrophe, Mao déchaîne le culte de sa personnalité et lance la Révolution Culturelle. Elle durera une décennie de 1965 a 1975 pendant lesquels un Mao paranoïaque semble vouloir conjurer sa propre fin en faisant chuter un à un tous ceux qui pourraient lui succéder. Non seulement Zhou parvient à échapper à ce jeu de massacre mais il protège aussi nombre de personnalités des exactions des gardes rouges et arrive peu à peu à reprendre en main la situation politique. Mais en 1972, lorsqu'on diagnostique à Zhou Enlai un cancer de la vessie, Mao intervient pour empêcher a l'équipe médicale d'informer le premier ministre puis pour lui refuser tout soin.

Zhou parvient encore à organiser la visite de Nixon en Chine. C'est à l'agonie qu'il lance les "quatre modernisations" et passe les rênes du pouvoir a Deng Xiaoping, jouant ainsi un rôle décisif dans la transformation de la Chine d'un chaudron politique en une économie en ordre de marche. Il meurt au début de 1976 seulement quelques mois avant Mao.

 

C'est a ce mythe que s'attaque Gao Wenjian, et surtout à sa seconde partie : son livre porte pour l'essentiel sur la période de la Révolution Culturelle - rien d'étonnant à cela puisque ses propres parents ont eu à en subir les persécutions.

Zhou, nous explique en substance Gao, a certes utilisé son influence pour adoucir un peu les souffrances de la population pendant cette période mais sans ce second d'exception et ses talents d'organisateur, Mao n'aurait pas pu se livrer bien longtemps a ses délires. Zhou aurait pu refuser de servir Mao, cela aurait mis fin a sa carrière politique et lui aurait vraisemblablement coûté la vie mais la Révolution Culturelle en aurait été tres nettement écourtée. Il ne l'a pas fait. Il n'est donc pas le "parfait révolutionnaire", simplement le parfait fonctionnaire de la tradition confucéenne, "le ministre qui reste loyal quand l'empereur s'égare". Un mythe pour un autre : le changement peut sembler minime, en Chine il a justifié l'interdiction de ce livre.

 

Les amateurs de révolutionnaires romantiques devront encore relire le "voyage à motocyclette". Ceux qui espèrent une biographie complète de Zhou Enlai ont sans doute intérêt à attendre un ouvrage un peu plus exhaustif, peut-être une prochaine version de celui-ci qui passerait moins vite sur les 60 premières années de sa vie. Restent ceux qui sont intéressés par un description détaillée des mécanismes administratifs et des logiques d'ego derrière la Révolution Culturelle, ceux-la seront comblés...

 

Zhou Enlai, l'ombre de Mao - Gao Wenjian - Editions Perrin

Publié dans Lectures

Commenter cet article