De l'usage des espions

Publié le par dibo

Introduction : L'art de la guerre de Sunzi est l'un des ouvrages incontournables de l'histoire chinoise. Evidemment une grande partie de ses stratégies, décritent au Veme siècle avant notre ère, n'ont plus qu'un intérêt historique, mais pas le treizième et dernier chapitre du livre : De l'usage des espions. C'est ce court chapitre que je traduis ici.

chinoiseries - De l'usage des espions : L'art de la guerre de Sunzi
Quand une armée de cent mille hommes est levée et envoyée à l'étranger, les dépenses supportées par le peuple et le trésor s'élèvent à un millier de pièce d'or chaque jour. En plus de cela, les troubles seront continuels aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays, le peuple et les chevaux seront épuisés par la corvée de transport et l'exploitation de sept cent mille fermes sera perturbée.

Des armées ennemies s'affrontent pendant des années pour arracher la victoire dans une bataille decisive ; si quelqu'un, parce qu'il cherche les honneurs ou parce qu'il veut économiser quelques centaines de pièces d'or, reste ignorant de la situation de son ennemi, il est complétement inconscient de l'intérêt de l'Etat et de son peuple. Un tel homme n'est pas un général, ni un bon conseiller pour son souverain, et un tel souverain ne sera pas victorieux. C'est parce qu'ils connaissent par avance la situation de l'ennemi que le souverain brillant et le général avisé le défont en un mouvement, et surpassent par leurs réalisations les hommes ordinaires.
Ces connaissances ne viennent pas des esprits, ni des dieux, ni des analogies avec le passé, ni des calculs astrologiques. Elles doivent être obtenues auprès d'hommes qui sont informés de la situation de l'ennemi.

Il y a cinq types d'espions. Ce sont les espions autochtones, les espions intérieurs, les agents doubles, les espions sacrifiés et les espions survivants. Lorsque ces cinq types d'espions sont au travail et oeuvrent en secret, c'est ce que l'on appelle la "manipulation divine" et c'est le trésor du souverain.
Les autochtones sont ceux que nous employons parmi le peuple ennemi. Les espions intérieurs sont ceux que nous employons parmi les responsables ennemis. Les agents doubles sont les espions ennemis que nous employons. Les espions sacrifiés sont ceux, parmi nos espions, à qui nous donnons délibérément de fausses informations pour qu'ils les transmettent à l'ennemi. Les espions survivants sont tout simplement ceux qui reviennent du camp ennemi pour rapporter des informations.

Parmi tous ceux qui, au sein de l'armée, sont proches du commandant, aucun n'est plus intime que les espions ; parmi toutes les récompenses, aucune n'est plus généreuse que celle accordée aux espions ; parmi tous les sujets, aucun n'est plus confidentiel que les opérations d'espionnage.
Celui qui n'est pas sage et prudent, humain et juste, ne pourra pas utiliser les espions. Et celui qui n'est pas délicat et subtil ne pourra pas obtenir d'eux la vérité.

C'est une chose extraordinaire! Vraiment extraordinaire ! Il n'y a aucun endroit où l'espionnage est impossible. Mais si les plans d'espionnage sont divulgués trop tôt, l'agent et tous ceux à qui il a parlé doivent être mis à mort.
En général, si vous souhaitez frapper une armée, attaquer une ville ou assassiner une personne, il est nécessaire de connaitre le nom du commandant de la garnison, des aides de camp, des officiers, des assistants et des gardes. Vous devez ordonner à vos espions de s'assurer de ces points dans les moindres détails. Il est nécessaire de chercher les espions ennemis pour les soudoyer et les amener à vous servir. Donner leur des instructions et prenez soin d'eux. C'est ainsi que l'on recrute et utilise les agents doubles. C'est par l'intermédiaire d'agents doubles que les autochtones et les espions interieurs peuvent être recrutés et employés. Et c'est aussi de cette façon que les espions sacrifiés, armés de fausses informations, pourront être offert à l'ennemi pour le tromper. Et c'est enfin de cette manière que les espions survivants pourront revenir vous informer des plans de l'ennemi.

Le souverain doit avoir une connaissance parfaite des activités des cinq types d'espions. Et la clé est la capacité à utiliser les agents doubles. Il est donc obligatoire de les traiter avec la plus grande générosité.
Dans les temps anciens, l'ascension de la dynastie Shang a été due à Yi Zhi, qui avait servi les Xia, et l'ascension de la dynastie Zhou a été le fait de Lu Ya, qui avait servi les Yin. Et de même, ce n'est que le souverain éclairé et le général avisé qui sont capables d'utiliser les hommes les plus intelligents comme espions qui pourront réaliser de grandes choses. Les opérations d'espionnage sont essentielles, chaque mouvement dépend d'elles.

Publié dans Politique

Commenter cet article

Chen Jie 02/01/2008 16:02

Il ne faut pas croire, mais aujourd'hui encore l'art de la guerre et même les vieilles stratégies militaires des pharaons d'Egypte sont étudiées dans les écoles d'Officiers des armées du monde entier!!

Ce n'est pas qu'un intéret historique, c'est la base de tout, comme tant d'autres classiques en leur domaine!!

dibo 02/01/2008 17:59

La Romance des Trois Royaumes est étudiée dans les écoles de commerce, ça ne me surprend pas. Mais je crois que l'Art de la Guerre est vraiment daté. Je ne remet pas en cause la qualité de l'ouvrage : les stratégies ont évoluées.Ce qui ne veut en aucun cas dire que l'Art de la Guerre, et les autres traités de cette époque, ne peuvent pas servir de supports d'étude et de réflexion : ce n'est certainement pas un hasard si la Chine compte autant de stratèges remarquables, ne serait-ce Mao et ses textes sur la Guerrilla ou, pour prendre un exemple plus proche de nous, Qiao Liang et Wang Xiangsui et leur Guerre Sans Limite.