Bouc émissaire

Publié le par dibo

undefinedCette histoire met en scène Cao Cao, le premier ministre du royaume de Wei pendant la période des Trois Royaumes.
Cao Cao avait engagé son armée dans une trop longue campagne et la nourriture commeça à manquer. Il convoqua le commissaire en charge du ravitaillement et lui demanda son avis. "Je ne vois guère d'autres solutions que de diminuer discrétement les rations en espérant que le ravitaillement arrivera à temps, répondit le commissaire. Nous pourrions utiliser une mesure plus petite lors des distributions".  Cao Cao approuva l'idée.
Rapidement l'armée se mit à gronder, les soldats soupçonnèrent leurs officiers de les tromper et la situation devint vite critique. Cao Cao convoqua à nouveau le commissaire et le rassura :
- Il faudrait simplement que je t'emprunte quelque chose.
- Bien sûr, je ferais tout ce qui est possible pour vous aider. Que voulez vous ?
- Votre tête.
- Quoi ? Mais je n'ai rien fait de mal !
- Je sais, je sais. Mais en te mettant à mort, je peux encore éviter une mutinerie. Ne t'en fait pas, je prendrai grand soin de ta famille.
Le commissaire, abasourdi, fut trainé hors de la tente et décapité dans l'instant. Sa tête fut mise au bout d'une lance et exposée dans le camp avec l'écriteau : "Condamné pour avoir détourné le ravitaillement de l'armée en utilisant une mesure plus petite".
Cette éxécution calma un peu les soldats et permit à Cao Cao de gagner suffisament de temps pour être ravitaillé.

Commentaire : Emprunter la tête d'un subalterne pour ne pas perdre la sienne, voilà un stratagème encore très en vogue ces jours-ci. Mais qui pensent encore à prendre soin des familles ?

Commenter cet article

Sébastien 08/03/2008 16:37

Alors là tout à fait d'accord; j'essaie juste de me placer dans l'esprit des lieutenants et suiveurs de Cao Cao, qui le soutiennent malgré ses défaites et ses trahisons; quels sont leurs avantages? pourquoi le font ils? il y a là, d'après moi, un mélange de confucéisme et de carriérisme; les motivations de Cao Cao sont somme toute claires, soient celles que vous évoquez.

dibo 08/03/2008 15:55

Je ne porte pas sur cet épisode un jugement moral. D'ailleurs la Romance des Trois Royaumes le fait déjà : il ne s'agit pas d'un travail historique impartial, mais bien d'un roman...
Cependant, Confucius ne justifie jamais ce genre de pratiques, au contraire. Et je ne pense pas qu'à aucun moment Cao Cao se croit vraiment investi d'un projet autre que son ascension personnelle.
Ici, il ne s'agit pas d'un sacrifice consentit pour une cause plus grande (une démarche très confucéenne) mais bien d'un calcul froid impliquant la mise à mort d'un innocent pour se sauver.

Le parallèle avec l'UMP est très intéressant.

Sébastien 08/03/2008 10:32

N'est ce pas le problème de l'interet général avant celui de l'individu? Nous connaissons l'esprit de Cao Cao, relevé comme étant un traître et un fourbe dans le Roman des Trois Royaumes; mais c'est aussi un stratège hors pair, et n'oublions pas la mentalité chinoise qui, depuis des millénaires confucéens, priorise l'intêret général par le respect que doivent porter les "inférieurs" aux "supérieurs"; en autres termes, qui pour porter le projet hormis Cao Cao? Ce dernier a subi de grandes défaites, et pourtant il reste "Maître" de l'Empereur lui même!!! Et Liu Bei, avant de rencontrer Zhu Ge Liang, qui subit défaites sur défaites et déconvenues, mais qui garde la confiance des siens!!! En Occident, un perdant une fois = perdant toujours (à l'image de ce qui peut se passer aux Etats Unis lors des élections fédérales); Cao Cao, le fourbe, demande à diminuer les rations des soldats, puis fait décapiter un innocent à sa place, car qui pourrait porter le projet? Et l'on retrouve encore dans l'épisode du cheval ses lieutenants et conseillers qui "l'empechent" de se décapiter, car encore une fois, qui d'enre eux, des hommes que Cao Cao a choisi et quelque part "menotté" à son projet, pourait prendre sa place (on retrouve N.Sarkozy dans son verrouillage de l'UMP)?

individu 26/01/2008 15:14

C'est une bonne idée de confronter des textes anciens à l'actualité mais il faudrait aller plus loin : pour l'instant, la seule chose que l'on apprend c'est que faire porter le chapeau au lampiste existait deja il y a 3000 ans, mais quel était le point de vue des gens sur cette pratique à l'époque, existe t'il des moyens d'y échapper, etc...
Ce que je veux dire c'est qu'il faudrait aller au dela de l'interet culturel des textes et ne pas se limiter juste à un décalcage de situation passées sur le présent.
Je ne sais pas si c'est très clair, en tout cas bon courage.

squaretwo 25/01/2008 23:13

Il n'y a pas vraiment de lien entre les différents cas. Dans l'histoire, les deu hommes complotent ensembles pour tromper les soldats. Dans le cas de yannick blanc il n'y a pas tromperie mais défaut de résultat. Dans le cas de la sogé il n'y a pas complot même si pour l'instant ce n'est pas très clair.
Caocao trahit, les deux autres sanctionnent, il ne faut pas tout mélanger.

dibo 27/01/2008 23:21

Je ne suis pas tout à fait d'accord. La démarche est toujours la même : échapper à ses responsabilités en les reportant sur un subalterne et surtout en le jetant en pature.Par contre, bien sûr, les niveaux de cynisme varies d'un cas à l'autre.